Aller au contenu principal

Conseil Scientifique

Section VIII - Compétitivité et développement technologique : rayonnement, patrimoine et sécurité

Edwige Bonnevie, vice présidente du conseil scientifique pour la section VIII, ingénieure de l'armement, directrice du pôle maîtrise des risques, commissariat à l'énergie atomique

Edwige Bonnevie, vice présidente du conseil scientifique pour la section VIII, ingénieure de l'armement, directrice du pôle maîtrise des risques, commissariat à l'énergie atomiqueAu sein de la délégation générale pour l'armement (DGA), Edwige Bonnevie se consacre d’abord, de 1978 à 1994, au domaine spatial en tant que chargée d'études, responsable de la préparation du programme de satellite d'observation Helios puis directrice adjointe de l'équipe de l'Union de l'Europe occidentale (UEO) chargée des études de systèmes spatiaux d'observation. En parallèle, de 1989 à 1994, elle est conseillère pour les affaires de défense au sein des ministères successifs chargés de l'espace. A partir de 1994, elle se tourne vers le domaine de la dissuasion nucléaire où elle exerce, à la DGA, les responsabilités notamment de sous-directrice systèmes et techniques puis de sous-directrice des affaires nucléaires, biologiques et chimiques (SDAN) au service des programmes nucléaires (SPNuc). Elle rejoint le CEA en 2001 pour prendre les responsabilités de directrice adjointe des applications militaires. Depuis juillet 2008, elle est directrice du pôle maîtrise des risques du CEA, chargée notamment de la sécurité, de la protection du patrimoine, de la sûreté nucléaire et de la maîtrise de l’impact sur l’environnement. Edwige Bonnevie est diplômée de l’École polytechnique et de l’École nationale supérieure de l’aéronautique et de l’espace.

Vincent Bouatou, adjoint au directeur de la division R&T, MORPHO (groupe SAFRAN)

Vincent Bouatou, adjoint au directeur de la division R&T, MORPHO (groupe SAFRAN)De 2001 à 2008, Vincent Bouatou a été impliqué dans - puis a dirigé  -  de nombreux programmes de recherche visant à l’amélioration des performances des algorithmes et terminaux biométriques d’identification au sein du laboratoire de recherche de Sagem Sécurité. Il a également dirigé le programme de R&D interne visant à l’intégration de la technologie de reconnaissance IRIS dans les solutions Sagem Sécurité, programme qui a débouché sur l’établissement du leadership technologique de Sagem sur cette biométrie et ses applications. Vincent Bouatou détient plusieurs brevets applicatifs et fondamentaux dans le domaine de l’identification automatique de personnes par des moyens biométriques. Après deux années passées chez Microsoft, Vincent Bouatou a rejoint Sagem Sécurité (aujourd'hui MORPHO) en 2008 pour y être chargé des partenariats scientifiques pour la division Identification. Il est diplômé de Polytechnique (X96) et de Telecom Paristech (2001).

Catherine Bréchignac, ambassadrice déléguée à la science, la technologie et l'innovation

Catherine Bréchignac, ambassadrice déléguée à la science, la technologie et l'innovationDirectrice de recherche de classe exceptionnelle au CNRS, ambassadrice déléguée à la science, la technologie et l’innovation depuis janvier 2010, directrice générale de 1997 à 2000 puis présidente du CNRS de 2006 à 2010, présidente du conseil international de la science (ICSU) depuis octobre 2008, membre de l’Académie des sciences depuis 2005, et membre de l’Académie des technologies depuis 2000. Catherine Bréchignac a commencé ses travaux de recherche aux frontières de la physique atomique (thèse de doctorat d’État 1977) et, depuis 1981, son domaine de recherche est le développement de la physique des agrégats précurseurs de nano-objets. Plus de 150 publications scientifiques, plus de 130 conférences invitées dans des congrès internationaux ou cours dans des écoles d’été. Six ouvrages de revue comme auteure ou éditrice. Des collaborations effectives menées avec plus d’une vingtaine de groupes étrangers dont certaines au travers de huit contrats européens. Docteure Honoris Causa de plusieurs universités (université de Berlin en 2003, Georgia Tech Institute –USA en 2006, école polytechnique fédérale de Lausanne en 2007). Membre associé étranger de l’Académie royale de Belgique, Catherine Bréchignac a reçu plusieurs distinctions scientifiques : prix de l’Académie des Sciences en 1991, médaille d’argent du CNRS en 1994, prix et médaille Holweck en 2003.

Denis Clodic, responsable du centre énergétique et procédés, Ecole nationale supérieure des mines de Paris

Denis Clodic, responsable du centre énergétique et procédés, Ecole nationale supérieure des mines de ParisDenis Clodic, docteur en énergétique de l'École des mines de Paris, est responsable du centre énergétique et procédés Paris, de l’École des mines ParisTech, qui compte environ 80 personnes. Ses domaines de recherche sont principalement en thermique et thermodynamique. Avec son équipe, il a développé un certain nombre d'innovations en vue d'améliorer l'efficacité énergétique des systèmes dans des domaines tels que le froid domestique, le froid commercial, les appareils ménagers, les procédés industriels ainsi qu'un procédé pour le captage du CO2 par antisublimation. Une douzaine de brevets avec extension internationale ont été déposés. Denis Clodic est un membre actif de comités de l’agence nationale de la recherche et de American Society of Heating, Refrigerating and Air-Conditioning Engineers (ASHRAE). Denis Clodic est colauréat du prix Nobel de la Paix 2007 pour ses contributions au sein d'IPCC.

Elie de Saint Jores, directeur général CERFAL

Elie de Saint Jores, directeur général CERFALElie de SAINT JORES, directeur de l’apprentissage chez AGEFA PME, opérateur de la CGPME pour le développement de l’enseignement professionnel et de la formation par apprentissage. Spécialiste des questions de formation professionnelle et d’alternance, auteur de nombreux articles et propositions sur le sujet, Elie de Saint Jores est titulaire du CAPES en Education Physique et du MBA d’HEC. Formé également à la psychologie expérimentale, à l’anthropologie et à la sociologie prospective à l’Université Paris Ouest la Défense, il s’est intéressé, tout au long de sa carrière, aux problématiques de formation et d’insertion professionnelle des jeunes. D’abord formateur de professeur puis consultant senior chez FACEM Management (conseil en organisation, management, formation), il réalise d’importantes missions de restructuration managériale pour de grands groupes. Appelé en 2004 par le Medef pour piloter son pôle Education et Formation initiale, il a été force de proposition sur le projet de loi pour l’avenir de l’école de 2005 puis sur le projet de loi sur l’autonomie des Universités de 2007 et sur le rapport Hetzel relatif à la formation et à l’insertion professionnelle. Directeur Général d’un Centre de Formation par Apprentissage, il construit un réseau de 39 établissements avec 65 diplômes du CAP au Master qui accueille plus de 3000 jeunes en formation par alternance. En 2013, chef de projet de la Fondation d’Auteuil pour le développement de la formation par alternance auprès des jeunes en grande difficulté, il est, aujourd’hui, en charge du développement de la formation par apprentissage dans les PME au plan national.

Hervé Dumez, professeur, Ecole normale supérieure et Ecole polytechnique

Hervé Dumez, professeur, Ecole normale supérieure et Ecole polytechniqueHervé Dumez est ancien élève de l’École normale supérieure (Ulm) et directeur de recherche au CNRS en économie et gestion. Il mène ses recherches au pôle de recherche en économie et gestion (PREG) de Polytechnique. Elles portent sur les stratégies d’entreprise, la structuration des marchés et les politiques de régulation. Il a travaillé sur différents secteurs (ciment, bière, contrôle aérien européen, industries de défense) et sur différents concepts stratégiques (la coopétition, c’est-à-dire l’articulation entre les stratégies de concurrence et de coopération, les frontières organisationnelles, les stratégies entrepreneuriales). Il est l’auteur de nombreux livres et articles, seul ou en collaboration, notamment avec Alain Jeunemaître. Il a été Professeur invité au M.I.T. et coordonne le Libellio d’Aegis.

Claire Dupas, conseillère scientifique auprès de la directrice générale de l'agence nationale de la recherche

Claire Dupas, conseillère scientifique auprès de la directrice générale de l'agence nationale de la rechercheClaire Dupas–Haeberlin, professeure des universités émérite à l’École normale supérieure (ENS) de Cachan, est conseillère scientifique auprès de la directrice de l’agence nationale de la recherche (ANR) depuis 2009. Ancienne élève de l’ENS, agrégée de physique, docteure ès sciences physiques, maître de conférences à l’ENS puis professeure à l’université Paris XI, ses recherches ont porté sur les matériaux et nanostructures magnétiques. Chargée de mission au CNRS de 1980 à 1990, auditrice au CHEAr (25e session), chargée de mission au conseil scientifique de la défense sous la présidence d’Hubert Curien de 1990 à 1993. Directrice de l'institut d'électronique fondamentale de l'université Paris Sud – Orsay (UMR 8622 CNRS), de 1994 à 2000, elle a été ensuite directrice de l’ENS Cachan de 2000 à 2008. Membre du conseil supérieur de la recherche et de la technologie (CSRT) de 1999 à 2001, elle a fait partie de nombreux comités d’experts de la Commission européenne de 1996 à 2006.

Patrice Hummel, ancien cadre dirigeant, industries aéronautiques et spatiales, spécialiste des concepts avancés

Patrice Hummel, ancien cadre dirigeant, industries aéronautiques et spatiales, spécialiste des concepts avancésNé le 23 septembre 1945 à Paris, Ancien Senior vice-président Concepts & Customer Relations – Defence and Security Systems Division, Patrice Hummel est sorti de Polytechnique en 1966 dans le corps des ingénieurs de l’armement où il a exercé à divers postes jusqu’en 1986. Il a ensuite rejoint la société Aerospatiale à la division des missiles tactiques. En 1996, il devient chargé de la stratégie et des programmes au siège d’Aerospatiale et participe activement aux diverses discussions de restructuration de l’industrie aérospatiale et de défense : fusion avec Matra… et création d’EADS en 2001.

André Jean-Marc Loechel, président de la fondation des territoires de demain

André Jean-Marc Loechel, président de la fondation des territoires de demainAprès une thèse sur «Le mythe de Venise» qui trace un bilan des métamorphoses d’une ville à l’époque des nouvelles technologies de la Renaissance («La Renaissance, politique et culture: les représentations de la communauté», “Storia di Venezia”, Enciclopedia Italiana, Rome, 1996), André Jean-Marc Loechel a été co-directeur de la ligne d’action «Accès au patrimoine culturel européen et éducation» de la Commission Européenne (initiative MEDICI, 1998 - 2001) et référent scientifique de plusieurs projets européens. Il a créé en 2007 l’association de préfiguration de la Fondation des Territoires de Demain (www.territoires-de-demain.org) qui accompagne les acteurs de l’innovation dans le domaine de l’économie territoriale de la connaissance et de la création sur plusieurs continents de Living Labs et d'espaces d’innovation, en matière notamment de diplomatie économique (Stratégie de Madrid). Membre de nombreux conseils scientifiques ou de conseils d'administration de réseaux internationaux, il est spécialiste de la clustérisation des territoires et a accompagné collectivités territoriales, institutions publiques et entreprises sur les enjeux relatifs aux lieux et pratiques de l’innovation ouverte et de rupture. Il a été l’organisateur de plus de 300 séminaires. Au-delà de ses interventions sur les nouveaux usages du haut débit et la prospective des réseaux de demain (présentation des «Living Labs» et de la cartographie mondiale des hubs de la connaissance au Forum arabe sur la gouvernance de l’Internet, Alger, 3 octobre 2013), figurent parmi ses ouvrages récents: «Les Villes Numériques: Innovation, Réseaux intelligents, Nouveaux services» (Editions «Best Practices», Versailles, 2013) et «Emergences - Les lieux de construction des Territoires de Demain» (Les Éditions Romaines, Bruxelles, 2014

Eléonore Mounoud, maître de conférences, Ecole centrale de Paris, laboratoire de génie industriel

Eléonore Mounoud, maître de conférences, Ecole centrale de Paris, laboratoire de génie industrielMaître de conférences, École centrale de Paris, habilitée à diriger des recherches, responsable pédagogique CPI, Eléonore Mounoud enseigne la gestion, l’organisation et la stratégie d’entreprise avec une orientation sur les questions d’innovation au sein du département sciences de l’entreprise de Centrale. Elle assure la direction scientifique du mastère spécialisé Technologie & Management et la coordination du programme Création d’un produit innovant en collaboration avec l’ESSEC. Ses recherches sont consacrées à l’innovation dans les pratiques organisationnelles et les modèles stratégiques. Elle a coordonné deux ouvrages sur les approches sociologiques de la stratégie d’entreprise et a notamment publié dans la Revue Française de Gestion (en collaboration avec Valérie de La Ville), dans Management International (en collaboration avec Lamia Chetioui) et dans Journal of Management Inquiry (en collaboration avec Richard Whittington et alii).

Pascal Perin, secrétariat général d'Orange France Telecom

Pascal Perin, secrétariat général d'Orange France Telecom

 

 

 

Denis Randet, délégué général, agence nationale pour la recherche et la technologie

Denis Randet, délégué général, agence nationale pour la recherche et la technologieDocteur es sciences, ingénieur général de l’armement (X 59), délégué général de l’association nationale de la recherche et de la technologie (ANRT) depuis octobre 2000. Après quelques années à la direction des recherches et moyens d'essais de la délégation générale pour l’armement, Denis Randet a fait l’essentiel de sa carrière dans le management de la recherche, au commissariat à l’énergie atomique, plus précisément au LETI, principal laboratoire français de recherche sur les composants électroniques, très actif en recherche sous contrat et création d’entreprises, dont il a été le directeur.

Pascal Royer, directeur laboratoire nanotechnologie et instrumentation optique, université de technologie de Troyes

Pascal Royer, directeur laboratoire nanotechnologie et instrumentation optique, université de technologie de TroyesPascal Royer, doctorats en physique de l’université de Bourgogne (1985 et 1987), HDR de l’INPG (1994), diplômé de l’IAE Dijon (1985), est actuellement professeur à l’université de technologie de Troyes, directeur du LNIO et du LRC UTT/LETI, membre de l’European Academy of Sciences. Ses travaux relèvent essentiellement des domaines de l’optique, de la nano-optique et des nanotechnologies. Après avoir effectué en 1985 et 1986, en tant que chercheur invité, un séjour à l’Oak Ridge National Laboratory dans le groupe de physique submicronique où il mène des travaux de recherche dans le domaine de la plasmonique, Pascal Royer rejoint en 1987 le groupe Schneider où il est pendant sept ans chef de projet sur les capteurs à fibres optiques. Il rejoint l'université de technologie de Troyes en 1994 pour y créer le laboratoire de nanotechnologie et d'instrumentation optique (LNIO) qu'il dirige depuis. Ses activités de recherche ont donné lieu en tant qu’auteur et coauteur à plus de 100 articles publiés dans des revues internationales ainsi qu’à plus de 240 conférences dans des congrès nationaux et internationaux. Il est également auteur ou coauteur de 10 brevets.

Michèle Sebag, professeure, directrice équipe A-O (intelligence artificielle), université de Paris-Sud (Paris XI)

Michèle Sebag, professeure, directrice équipe A-O (intelligence artificielle), université de Paris-Sud (Paris XI)Michèle Sebag, ancienne élève de l'École normale supérieure (Sèvres), a commencé dans l'industrie comme ingénieure et chef de projet chez Thomson-CSF, avant de devenir ingénieure conseil en informatique dans une seconde phase. Dans une troisième phase elle entre au CNRS où elle est actuellement directrice de recherche et codirige l'équipe « thèmes Apprentissage et Optimisation », équipe mixte CNRS -INRIA-LRI. Elle est présidente de l'association française pour l'intelligence artificielle (AFIA) depuis 2004. Ses intérêts vont de l'optimisation en contexte incertain à la robotique, en passant par les interfaces cerveaux machine.