Aller au contenu principal

Conseil Scientifique

Section IV - Menaces contemporaines et technologiques de l'information, nouvelles criminalités

Jean-Marc Suchier, vice président du conseil scientifique pour la section IV, directeur des programmes européens, MORPHO (groupe SAFRAN)

Jean-Marc Suchier, vice président du conseil scientifique pour la section IV, directeur des programmes européens, MORPHO (groupe SAFRAN)Diplômé de l’École centrale de Paris, Jean-Marc Suchier a débuté sa carrière chez Dassault Aviation. En 1986, il rejoint Morpho Systèmes dont il crée la filiale nord-américaine, dédiée aux technologies biométriques. Lors de l’acquisition de Morpho Systèmes en 1993, il intègre Sagem, qui fusionnera ultérieurement avec Snecma pour former le groupe Safran. Il est aujourd’hui directeur chargé de mission, « technologie et stratégie de Morpho », filiale de Safran dédiée aux solutions de sécurité. Il a participé aux travaux de la Commission européenne liés à la mise en place du programme européen de recherche en sécurité. Il est membre du comité consultatif européen sur la sécurité, et membre actif de la société EOS (European Organisation for Security).

 

Jean-Louis Bruguière, ancien vice-président de la section d'instruction anti-terroriste, tribunal de grande instance de Paris

Jean-Louis Bruguière, ancien vice-président de la section d'instruction anti-terroriste, tribunal de grande instance de ParisJean-Louis Bruguière est, depuis 2008, haut représentant de l’Union européenne auprès des États-Unis pour la lutte contre le financement du terrorisme dans le cadre du Terrorism Finance Tracking Programme SWIFT créé après le 11 septembre dont la mise en œuvre a été confiée au Trésor américain. Il est par ailleurs expert auprès du Conseil de l’Europe pour les services de sécurité intérieure de la Commission de l’Union européenne et des Nations Unies (UNODC). Sa carrière dans la lutte anti-terrorisme débute en 1981, lorsqu’il est chargé des dossiers d’Action Directe, du terrorisme basque, corse et du Moyen-Orient : « Front du Refus » (Abu Nidal, FPLP, Carlos) ou commandités par l’Iran (CSPPA en 1986, assassinat de Chapour Bakhtiar). De 1995 à mai 2007, premier vice-président chargé de la coordination de la section antiterroriste à Paris, il assure la conduite et la coordination de la section antiterroriste composée de huit magistrats instructeurs spécialisés ayant une compétence nationale. Jean-Louis Bruguière a instruit depuis 1994 la plupart des dossiers liés à la mouvance Al Qaida.

Francis Bruckmann, directeur adjoint de la sécurité du groupe Orange

Francis Bruckmann, directeur adjoint de la sécurité du groupe OrangeFrancis Bruckmann est Directeur adjoint de la Sécurité du Groupe Orange. Ancien auditeur des sessions nationales du Haut Comité Français pour la Défense Civile (HCFDC), du Centre des Hautes Etudes de l'Armement (CHEAr) et de l'Institut National des Hautes Etudes de Sécurité (INHES), il est trésorier de l’Association des Réservistes du Chiffre et de la Sécurité de l’Information (ARCSI) et de l’Alliance pour la Confiance Numérique (ACN), membre des conseils d’administration de l’Association en Intelligence Economique de l’IHEDN (AAIE-IHEDN) et de Forum-ATENA. Ingénieur en télécom et électronique, et après avoir occupé des fonctions diverses, il a assuré la gestion des réseaux sensibles de France Télécom au profit de l’Etat, puis la direction des Opérations de son Secteur Défense. Depuis 2003 à la Direction de la sécurité d'Orange, il a en charge sa communication interne et externe (sensibilisation, image de marque, lobbying), et les problématiques sécurité client (sécurité des produits et services, veille, business). Porte-parole sur la sécurité et la confiance, il représente Orange dans de nombreuses instances du numérique et est sponsor des grands évènements du domaine. Il est contributeur aux feuilles de route nationales sur l’Identité Numérique, la Confiance Numérique et la Cybersécurité. Il est Colonel de la Réserve Citoyenne de la Gendarmerie.

Sophie de Lastours, docteure en histoire militaire, historienne de l'association des réservistes du chiffre et de la sécurité de l'information

Sophie de Lastours, docteure en histoire militaire, historienne de l'association des réservistes du chiffre et de la sécurité de l'informationDocteure en histoire militaire, ancienne auditrice du CHEAR, de l’IHEDN et de l’INHES, Sophie de Lastours est historienne de l’association des réservistes du chiffre et de la sécurité de l’information (ARCSI). Elle est directrice de la collection « Histoire de la Défense » chez l’Harmattan depuis 2001. Ses travaux montrent les liens étroits existant entre le chiffre et le renseignement, pendant les deux premières guerres mondiales et la Guerre froide. Elle a notamment publié : Toukhatchevski : le bâtisseur de l’Armée rouge (Albin Michel), Le chiffre, le renseignement et la guerre (L’Harmattan).

Stanislas de Maupéou, chef offre Cyberdéfense, Thales

Stanislas de Maupéou, chef offre Cyberdéfense, ThalesStanislas de Maupeou est responsable de l'offre cyberdéfense au sein de Thales. Il a été auparavant chef du centre d'expertise gouvernemental de réponse et de traitement des attaques informatiques (CERTA) au sein du SGDSN et officier des troupes de marine. Il cumule ainsi expériences opérationnelles (gestion d'un centre opérations de cyberdéfense, investigation et résolution d'attaques informatiques), techniques (analyse de risques, infrastructures de gestion de clefs, etc.) et réflexions stratégiques sur la cyberdéfense (différentes publications sur le sujet).

Jean-Michel Ducorroy, ministère de l'intérieur, direction centrale du renseignement intérieur, directeur de la stratégie

Jean-Michel Ducorroy, ministère de l'intérieur, direction centrale du renseignement intérieur, directeur de la stratégieJean-Michel Ducorroy est responsable de la stratégie de la direction centrale du renseignement intérieur (DCRI). Les missions de la DCRI consistent dans la lutte contre toutes les activités susceptibles de constituer une atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation. La DCRI est ainsi chargée de prévenir et réprimer, sur le territoire de la République, l'espionnage et les actions inspirées, engagées et/ou soutenues par des puissances étrangères, le terrorisme, les atteintes au patrimoine économique national, la prolifération des armes de destruction massive, ainsi que les subversions violentes.

 

Eric Freyssinet, coordinateur du plateau d'investigation cybercriminalité et analyses numériques, pôle judiciaire de la gendarmerie nationale

Eric Freyssinet, coordinateur du plateau d'investigation cybercriminalité et analyses numériques, pôle judiciaire de la gendarmerie nationaleEric Freyssinet est colonel de gendarmerie et exerce depuis quinze ans dans le domaine de la lutte contre la cybercriminalité, d'abord à la tête d'un laboratoire de traitement de la preuve numérique entre 1998 et 2005, puis chargé du suivi des projets de lutte contre la cybercriminalité à la direction générale de la gendarmerie nationale entre 2005 et 2010, et depuis 2010 à la tête de la division de lutte contre la cybercriminalité au Pôle judiciaire de la gendarmerie nationale. Issu de l'Ecole polytechnique (X1992), il poursuit sa formation avec un mastère spécialisé en sécurité des systèmes d'information et des réseaux à Télécom ParisTech (2000) et entame une thèse de doctorat en 2011 à l'Université Paris 6 Pierre et Marie Curie. Il contribue aussi à la formation des autres au travers de nombreux projets de la gendarmerie ou internationaux, et dans des établissements français comme l'Université de technologie de Troyes ou l'Université Paris II (Chargé d'enseignements sur la cybercriminalité Master 2 EEJSI). Très impliqué comme expert ou représentant de la France dans de nombreux groupes de travail internationaux ou des associations contribuant à la lutte contre la cybercriminalité, il est aujourd'hui vice-président de l'EUCTF (European Union Cybercrime Taskforce) d'Europol, président de l'AFSIN (Association francophone des spécialistes de l'investigation numérique) et vice-président de l'association Signal Spam. Enfin, auteur de nombreux articles, son second ouvrage "La cybercriminalité en mouvement" à reçu le Prix du livre Cyber à l'occasion du Forum international sur la cybersécurité en janvier 2013.

David Hotte, BPCE, responsable sécurité financière groupe

David Hotte, BPCE, responsable sécurité financière groupeDavid Hotte est responsable de la sécurité financière du groupe BPCE, un organisme central des Banques Populaires et Caisse d’Epargne. Dans ce rôle, il est responsable de la conception, l’implémentation, l’administration et la surveillance des politiques AML/CFT et de lutte contre la fraude du groupe, avec un intérêt particulier sur les filiales étrangères. Depuis 1998, David Hotte a pris part à de nombreuses opérations internationales en coopération avec l’UNDCP, l’IMF, la Banque Mondiale, l’Union européenne et le bureau du Haut Représentant de la Bosnie, et en particulier en Bosnie, Palestine, Sri-Lanka, Turquie et Laos. Il a débuté sa carrière dans la gendarmerie nationale. Membre du centre d’étude sur le blanchiment et la corruption, il est diplômé de l’université Panthéon-Sorbonne, et est l’auteur de plusieurs ouvrages sur les questions de blanchiment.

François Bernard Huyghe, docteur d'Etat en science politique, chercheur en information et communication

Docteur d'État en science politique et habilité à diriger des recherches en sciences de l'information et communication, François Bernard Huyghe enseigne sur le campus virtuel de l’université de Limoges, au CELSA Paris IV, à l’IRIS, à l’École polytechnique et à l’Institut des hautes études internationales. Il dirige des études doctorales au CEREGE. Médiologue (comité de rédaction des Cahiers de Médiologie et Médium) et spécialiste des stratégies de l'information, il est chercheur à l’IRIS dont il a créé l'observatoire géostratégique de l'information en 2010. Il est l'auteur de nombreux ouvrages dont La Softidéologie (Robert Laffont, 1987), L'Ennemi à l'ère numérique (PUF, 2001). Ses recherches portent à la fois sur les rapports entre technologies de l'information, influence et conflit (direction de l'Information, c'est la guerre, Panoramiques n°52, 2001) et sur la polémologie et les nouveaux risques (Cyberguerre et guerre de l'information, Choiseul, 2010). Dernière publication : Terrorismes, Violence et propagande (Gallimard, 2011).

Hélène Martini, directrice de l'Ecole nationale supérieure de la police nationale

Hélène Martini, directrice de l'Ecole nationale supérieure de la police nationaleTitulaire d'une maîtrise de droit public, ancienne élève de l'École nationale supérieure de la police (ENSP) de Saint-Cyr-au-Mont-d'Or, Hélène Martini est haut fonctionnaire de la police nationale. Elle commence à exercer ses compétences dans le domaine de la sécurité publique (1978-1983) et de l'international (1983-1990). Nommée chef de la division de la coopération technique au Service de coopération technique internationale de police (SCTIP) en 1990, elle devient expert auprès du fonds des Nations Unies pour la lutte contre la drogue (1991). Elle est nommée commissaire divisionnaire en 1992. Attachée de police à l’ambassade de France aux États-Unis (1994-1997), puis en Italie (1997-2000), elle est ensuite directrice du Centre national d’études et de formation de Gif-sur-Yvette (2000-2004), conseillère technique au secrétariat général du conseil de sécurité intérieure en 2006 à la Présidence de la République puis inspectrice générale de la police nationale. Auditrice de l’IHESI (2001), et de l’IHEDN (2005). Chef du cabinet des audits à l'inspection générale de la police nationale de juillet 2008 à juillet 2010, Hélène Martini est actuellement directrice de l'École nationale supérieur de la police de Saint-Cyr-au-Mont-d'Or.

David Naccache, Professeur d'informatique, Université Panthéon-Assas, Paris II

David Naccache, Professeur d'informatique, Université Panthéon-Assas, Paris IIDavid Naccache est professeur à l'Université Panthéon-Assas Paris II et membre du laboratoire d'informatique de l'Ecole normale supérieure. Auteur de plusieurs publications et brevets en sécurité informatique et cryptographie, ses sujets principaux de recherche sont la cryptographie à clé publique, les attaques sur les systèmes embarqués et l'expertise judiciaire en informatique et électronique. David Naccache sert comme membre du comité éditorial de plusieurs revues scientifiques et dirige le Master 2 d’Expertise économique et juridique des systèmes d’information à l’Université Paris II.

 

 

Jean Michel Oudot, ministère de la défense, direction des affaires financières

Jean Michel Oudot, ministère de la défense, direction des affaires financièresM. Jean-Michel OUDOT est docteur en économie spécialisé sur les contrats d’armement, adjoint du Secrétaire général de l’Observatoire économique de la défense (Direction des affaires financières du Ministère de la défense). Il est l’auteur de deux ouvrages et d’une quinzaine d’articles dans des revues, nationales et internationales, à comité de lecture sur des thématiques relatives à l’économie de défense. En 2012, M. Oudot a mis en place, avec le Général Desportes, la mineure « économie de la défense et de la sécurité » en Master à Sciences Po Paris et enseigne également cette matière à Sciences Po Strasbourg ainsi qu’à l’Université Paris II Panthéon-Assas.

Olivier Oullier, professeur de neurosciences, université de Provence

Olivier Oullier, professeur de neurosciences, université de ProvenceEnseignant-chercheur en neurosciences à l’université de Provence, laboratoire de psychologie cognitive (UMR 6146 & CNRS), et chercheur associé au Human Brain and Behavior Laboratory du Center for Complex Systems and Brain Sciences de la Florida Atlantic University (Boca Raton, États-Unis) et au groupement de recherche en économie quantitative d’Aix-Marseille, Olivier Oullier est membre du Global Agenda Council on Decision Making and Incentive Systems du Forum économique mondial. Conseiller scientifique au département Questions sociales du centre d’analyse stratégique du Premier ministre, chargé du programme sur Neurosciences et politiques publiques», initiative unique au monde qui vise à évaluer l’impact des découvertes en neurosciences au sein de la société et les questions éthiques qui les accompagnent dans les domaines des politiques publiques tels que l’économie, la finance, la prévention en santé publique, l’éducation ou encore la justice. Fortement impliqué dans les questions de neuroéthique (e.g. révision des lois bioéthiques françaises), ses publications et avis dans ce domaine ont été diffusés dans plus de 40 pays.

Jean-Pierre Pochon, directeur honoraire de la police nationale

Jean-Pierre Pochon, directeur honoraire de la police nationaleJean Pierre Pochon, directeur honoraire de la police nationale, a effectué la totalité de son parcours professionnel au sein des services français de sécurité et de renseignement où il a occupé des postes de hautes responsabilités. A la direction centrale des renseignements généraux (DCRG), il procède, comme chef de la section antiterroriste, à l'arrestation le 13 septembre 1980 des leaders d'Action Directe, à la direction de la surveillance du territoire (DST) il est chargé d'une structure de contre-espionnage avant d'être nommé directeur de cabinet, aux renseignements généraux de la préfecture de police de Paris qu’il dirige de 1994 à 2000, à la DGSE dont il est le directeur du renseignement entre 2000 et 2002. Jean-Pierre Pochon a conduit de 2002 à 2004 au sein de l'institut des hautes études de la sécurité intérieure (IHESI) dépendant du ministère de l'intérieur, une recherche européenne soutenue par la Commission européenne sur le thème de l'expertise collective des terrorismes en Europe, étude associant universitaires, chercheurs et professionnels des services de police et de renseignement de plusieurs pays européens. Il enseigne depuis 2006 comme professeur associé à Sciences Po Paris (Mastère affaires internationales) et a récemment publié en 2008 Les Stores Rouges, histoire de la traque et de l'arrestation d'Action Directe.