Section III - Gouvernance, migrations, politiques publiques nationales et internationales

Catherine de Wenden, vice présidente du conseil scientifique pour la section III, directrice de recherche au centre national de la recherche scientifique, centre d'études et de recherches internationales

de-wenden_catherine.jpgDocteure d'État en science politique, Catherine de Wenden est l’auteure de très nombreux ouvrages, articles, chapitres d'ouvrages et numéros de revues sur le phénomène migratoire. Expert auprès de l'OCDE (1986, 1992), du conseil de l'Europe (1992-1995), de la commission européenne (vice-présidente du groupe COST A2 Migrations DG V et DG XII) et du haut-commissariat aux réfugiés des Nations Unies (ERAC, 1996-2000), elle est présidente du groupe de recherche migrations (Research Commitee 31) de l'association internationale de sociologie depuis 2002, et membre de la commission nationale de déontologie de la sécurité depuis 2003. Membre de la section 40 (science politique) du comité national du CNRS (instance d'évaluation des chercheurs) depuis 2004, membre des instances d'évaluation de l'ANR depuis 2007, membre du conseil scientifique de la région Ile-de-France depuis 2006, elle participe également aux comités de rédaction des revues Hommes et Migrations, Migrations et sociétés, Esprit, Modern and Contemporary France. Elle est coresponsable du programme de recherche du CERI sur les migrations et les relations internationales depuis 2005. Derniers ouvrages parus : La Globalisation humaine (Paris, PUF, 2009), Atlas mondial des migrations internationales (Paris, Autrement, 2009, 2ème édition) et La question migratoire au XXIe siècle (Presses de Sciences Po, 2010).

Bertrand Badie, professeur des universités, institut d'études politiques de Paris

badie-bertrand.jpgDiplômé d'études supérieures de science politique à Sciences Po Paris, de l'institut des langues orientales, et d’études approfondies en histoire du XXe siècle à Paris I, Bertrand Badie a obtenu son doctorat d'État en science politique à Sciences Po Paris en 1975 et son agrégation de science politique en 1982. Il est professeur des universités à Sciences Po Paris. Il a été directeur des collections des presses de Sciences Po (1994-2003) et du centre rotary d'études internationales sur la paix et la résolution des conflits (2001-2005).

Rémi Brague, professeur de philosophie, université Panthéon-Sorbonne (Paris I), histoire médiévale et monde arabe

brague_remi.jpgNé en 1947, Rémi Brague, membre de l'institut (Académie des sciences morales et politiques), est professeur de philosophie arabe à l'université Paris I et de philosophie des religions à l'université de Munich. Il s’intéresse à l’histoire des idées sur la longue durée. Après avoir étudié Platon et Aristote, et publié Aristote et la question du monde (Cerf), il a publié Europe, la voie romaine (Gallimard, Folio Essais, 1992). Il relie à la naissance de l’Europe le désir d’appropriation des faits culturels étrangers. Il travaille à un triptyque dont sont parus les deux premiers : La sagesse du monde (Fayard, 1999), sur notre manière de comprendre l’univers que nous habitons, puis La loi de Dieu (Gallimard, 2005) sur l’idée de loi divine dans le judaïsme, le christianisme et l’islam. Récemment sont parus : Au moyen du Moyen Age et Du Dieu des chrétiens et d’un ou deux autres (Flammarion, Champs, 2009).

Eric Brousseau, professeur des universités, université de Paris Ouest-Nanterre-La Défense (Paris X)

brousseau_eric.jpgÉric Brousseau est professeur à l’université Paris-Dauphine et à l’Institut universitaire européen de Florence. Ses recherches portent sur l’économie des contrats et des institutions. Il s’attache en particulier à analyser les systèmes de gouvernance articulant plusieurs niveaux (local, national, international) de régulations publiques et d¹autorégulation et à leur dynamique. Des investigations sont menés dans des domaines tels que l’économie du numérique et de l’innovation, la gouvernance environnementale, la construction et la régulation des marchés, la construction des systèmes de gouvernance nationale et mondiale. Il a publié plus de 80 articles scientifiques et a dirigé la publication d’une quinzaine d’ouvrages (www.brousseau.info). Eric Brousseau a mené des recherches notamment pour les pouvoirs publics français, la Commission européenne, la NSF américaine, les Nations Unies, et l’OCDE. Il a fondé en 2002 l’European School on New Institutional Economics (ESNIE) qu’il dirige, et est vice-président de l’International Society for New-Institutional Economics (ISNIE). Il est également membre honoraire de l’Institut universitaire de France.

Colette Depeyre, maître de conférences, université de Paris-Dauphine (Paris IX)

depeyre_colette.jpgAncienne élève de l'Ecole Normale Supérieure de Cachan, agrégée en économie-gestion et docteure en sciences de gestion (Université Paris Ouest Nanterre/Ecole Polytechnique), Colette Depeyre est maître de conférences à l’Université Paris-Dauphine. Ses recherches au sein du laboratoire DRM portent sur les processus de renouvellement des capacités des firmes et les stratégies de déstabilisation et de stabilisation des marchés dans de tels contextes. Ses travaux portent en particulier sur les cinq premières firmes de l’industrie de défense nord-américaine (Boeing, General Dynamics, Lockheed Martin, Northrop Grumman, Raytheon). Elle a réalisé en 2006 un séjour de recherche au M.I.T. au sein du Security Studies Program. Elle étudie au travers des interactions entre firmes, client militaire et autorités de régulation, le développement de deux changements majeurs : une vague de concentration post Guerre froide puis l’apparition de systèmes de systèmes qui sont venus modifier les dynamiques de concurrence et de coopération.

Anne Dulphy, professeure, centre d'histoire de l'institut d'études politiques de Paris

dulphy_anne2.jpgAnne Dulphy, ancienne élève de l'Ecole normale supérieure de jeunes filles (ENSJF Sèvres/Ulm), agrégée, docteure, est professeure chargée de cours en histoire contemporaine au département Humanités et sciences sociales de Polytechnique et chercheure rattachée au centre d'histoire de Sciences Po. Elle est également codirectrice de l'annuaire français de relations internationales, membre du jury du prix Thibaudet que celui-ci attribue, et membre du comité de rédaction de la revue électronique Histoire@politique du centre d'histoire de Sciences Po. Ses travaux portent sur les interactions entre questions internationales, politiques intérieure et société. Elle a publié plusieurs ouvrages, dont La politique de la France à l'égard de l'Espagne de 1945 à 1955 (Paris, ministère des affaires étrangères, coll. "Diplomatie et histoire", 2002) et, en co-direction avec M.A. Matard-Bonucci et Y. Léonard, Le voyage comme expérience de l'étranger. Intellectuels, artistes et militants (Bruxelles, PIE-Peter Lang, 2009). Avec C. Manigand, elle a codirigé Les opinions publiques  face à l'Europe communautaire (Bruxelles, PIE-Peter Lang, 2004) et publié La France au risque de l'Europe (Paris, Armand Colin, 2007). Elle a enfin codirigé le Dictionnaire critique de l'Union européenne (Paris, Armand Colin, 2008).

 Stéphane Lacroix, docteur en science politique, institut d'études politiques de Paris, chercheur à la chaire Moyen-Orient Méditerranée

lacroix_stephane2.jpgStéphane Lacroix est professeur-chercheur à Sciences Po Paris, chercheur associé au Centre d’études et de documentation économiques, juridique et sociale du Caire (CEDEJ). Arabisant et docteur en science politique, Stéphane Lacroix est professeur-chercheur à Sciences Po Paris. Lauréat du prix de thèse 2008 de l'Association française de sciences sociales des religions (AFSR), il a été chercheur post-doctorant à l'université de Stanford (États-Unis). Il a notamment publié Les islamistes saoudiens. Une insurrection manquée (Presses Universitaires de France, 2010) ; Awakening Islam. The Politics of Religious Dissent in Contemporary Saudi Arabia (Harvard University Press, 2011) ; The Meccan Rebellion (Amal Press, 2011).

 Jean-Luc Racine, directeur de recherches, centre national de la recherche scientifique, centre d'études de l'Inde et Asie du Sud, Ecole des hautes études en sciences sociales

racine_jean-luc.jpgJean-Luc Racine est directeur de recherche CNRS, au Centre d’études de l’Inde et de l’Asie du sud (CEIAS) de l’EHESS, et vice-président d’Asia Centre. Il est aussi directeur scientifique de la Fondation maison des sciences de l’homme. Il travaille sur les dynamiques de transformation de l’Inde contemporaine, sur les stratégies d’insertion de l’Inde dans le nouvel ordre mondial et sur la géopolitique de l’Asie du sud (paradigme stratégique pakistanais à l’heure de « l’AfPak », relations indo-pakistanaises et question du Cachemire en particulier). Derniers ouvrages dirigés : L’Inde et l’Asie. Nouveaux équilibres, nouvel ordre mondial, CNRS Editions, 2009 et Géopolitique du Pakistan, numéro spécial d’Hérodote, n°139, 2010.

Jean-Christophe Romer, professeur d'histoire des relations internationales, université de Strasbourg

romer_jean-christophe.jpgProfesseur des universités à l’IEP de Strasbourg, il est responsable du mastère Histoire des relations internationales et des processus d'intégration régionales de l’institut des hautes études européennes. Directeur du centre d’études d’histoire de la défense (2001-2009). Directeur d'études à l’institut de recherche stratégique de l’École militaire, ancien auditeur du centre des hautes études de l’armement (CHEAr), 31e session, 1994-95, Jean-Christophe Romer est spécialiste de relations internationales, des politiques russes et est-européennes, notamment dans les domaines de la stratégie et de la sécurité. Auteur de nombreux articles et ouvrages sur la politique étrangère et la stratégie russe (soviétique) et sur les questions de sécurité européenne.